Archives par étiquette : Jeanne Mercier

Croyances : faire et défaire l’invisible

“Land of Ibeji” – 2018 © Sanne de Wilde et Bénédicte Kurzen / NOOR

Exposition des œuvres de Nabil Boutros, Samuel Fosso, Rahima Gambo, Maïmouna Guerresi, Éric Guglielmi, Bruno Hadjih, Bénédicte Kurzen & Sanne de Wilde, Mohammed Laouli, Nicola Lo Calzo, Giya Makondo Wills, Josèfa Ntjam, Léonard Pongo, Btihal Remli,Tabita Rezaire, Seumboy VRAINOM : € – Institut des Cultures d’Islam – Commissariat : Jeanne Mercier, co-fondatrice de la plateforme Afrique in visu.

Peu avant la traversée du désert nommée coronavirus s’est inaugurée une exposition intitulée Croyances : faire et défaire l’invisible, fruit d’un partenariat entre l’Institut des Cultures d’Islam et Afrique in Visu. A travers photographies et vidéos, seize artistes y donnent leur représentation des mythes, superstitions et religions du continent africain, par l’expression de leurs imaginaires. Le public est invité à les suivre sur les deux sites de l’Institut des cultures d’Islam situés à proximité l’un de l’autre, pour un voyage initiatique en cinq étapes, qui interroge la notion de populaire, de sacré et de transcendance, dans la diversité des rites.

La première partie se déroule rue Léon et aborde deux thématiques. Entrons dans la transe ouvre l’exposition avec la vidéo de Léonard Pongo, The Necessary Evil (2013). Ce film expérimental témoigne du syncrétisme entre rituels protestants et superstitions locales des « églises de réveil » à Kinshasa et dans la province occidentale du Kasaï, en République Démocratique du Congo. Voyage spirituel ou hystérie collective – ce rituel de dépossession se termine par la transe – on est face à un phénomène de masse où l’argent circule. Les prises de vue en noir et blanc mêlées à la couleur et au décalage des rythmes et registres entrainent une certaine théâtralité. Sur les murs, Wird 1996-2019, recherche photographique menée par Bruno Hadjih sur la mystique soufie à travers le monde, montre des images de transes individuelles (zikr), dans la répétition rythmique du nom de Dieu et de transes collectives (khalwa) à partir d’incantations, de respirations et de prières. L’artiste fait émerger de l’ombre les contours des adeptes, sans artifice.

Le second thème évoqué, Djinns, esprits et autres êtres intermédiaires, approche la magie des génies et les superstitions. Avec Btihal Remli et son Djinni Diaries/Recipes/2017-2019 on entre dans la médecine traditionnelle marocaine et ses recettes magiques, dont elle recense les ingrédients – minéraux, plantes, épices et animaux – par photographies interposées. Mohammed Laouli avec Barouk, 2017, évoque le mausolée de Saint Sidi Moussa Doukkali, à Salé, au Maroc, lieu de pèlerinage face à l’Atlantique où, chaque lundi les femmes en espoir de mariage ou de fertilité sacrifient une poule noire, la jetant dans l’océan. Ces sacrifices atterrissent en fait dans les mains d’hommes habitant les grottes situées sous la falaise. L’artiste s’inspire de l’allégorie de la caverne chez Platon pour nourrir son travail fait de dessin, peinture et photographie. Sanne de Wilde et Bénédicte Kurzen/Noor, travaillent sur les croyances autour de la gémellité au Nigéria, notamment dans la région Yoruba à l’ouest, où le taux de naissance des jumeaux est élevé. Pour la culture Yoruba chacun a un double, dans l’au-delà. Les deux photographes présentent Land of Ibeji, 2018, où elles mettent en scène et en lumière de manière singulière cet aspect de dualité presque surnaturelle. Leurs photographies donnent aux jumeaux un statut de divinités plutôt que de figures du diable. Enfin, autour de cette thématique des esprits et des superstitions, Nicola Lo Calzo transmet des signes du culte vaudou rapportés de la côte Ghanéenne, du Bénin et du Togo, dans une installation intitulée Tchamba, 2017. Dans une chambre à part il a construit un autel Tchamba et pose un geste ritualisé. L’esprit des esclaves et des personnes mortes en esclavage et sans rites funéraires y rôde, les secrets familiaux s’y sont enfermés, la couleur blanche du deuil domine, les graviers crissent sous les pas des visiteurs.

The necessary Evil, 2013 © Léonard Pongo

Quittant la rue Léon pour la rue Stephenson on s’arrête devant l’installation de Josèfa Ntjam, donnant sur rue, comme une devanture. Son imagination voyage et son photocollage, On a distillé quelques larmes d’opal, 2020, hétéroclite, fait voyager. Les récits sont multiples avec profusion d’images, démultiplication des messages, couleurs mordantes. Nos yeux cherchent signes et matières, signification et interprétation : carte de marabout puissamment agrandie, chapelet, chrétien ou musulman, cauris.

“Wird” 1996-2019 © Bruno Hadjih /  Courtesy galerie Mamia Bretesche

Le second bâtiment accueille le public dans sa grande galerie autour de la troisième thématique proposée, les Corps sacrés, représentation des trois religions monothéistes. D’impressionnants grands formats, représentation de l’homme, de la femme et de l’animal, y dialoguent. Samuel Fosso prend l’habit immaculé du souverain pontife et se signe, blanc sur noir, avant de bénir. Après avoir incarné Malcolm X, Angela Davis et Mohamed Ali, il poursuit ses autoportraits avec ce Black Pope, 2017, en deux photographies de très grand format. Face à lui, le montage monumental MK (Minbar Kadija), 2016, de Maïmouna Guerresi, met en scène une femme drapée de blanc, longue statue en lévitation au-dessus de la structure blanche du Minbar évidé. Elle tient une longue branche blanche tendue vers une assistance imaginaire prête à écouter la parole de Dieu, se substituant à l’imam de la mosquée, le vendredi. Elle redonne une place aux femmes qui ont fait l’islam, comme Aïsha ou Khadija, femmes du prophète Mahomet. La mystique est de couleur blanche sur le fond sombre et fermé d’un no man’s land sans échappée possible. La spiritualité est féminine, le geste gracieux, ferme et onirique.

“Condition Ovine – Célébrités” – 2014 © Nabil Boutros

Le troisième mur est un polyptyque de Nabil Boutros intitulé Condition ovine – Célébrités, 2015, volet d’une série dont les deux autres, Présumés Innocents et Champ d’Honneur ouvrent sur une interprétation différente. Dans cette partie, Célébrités, des portraits de brebis, d’agneaux et de béliers photographiés de façon très élaborée en studio appellent les trois monothéismes ayant en commun le sacrifice d’Abraham/Ibrahim, patriarche de la Genèse, sur son fils Isaac, épargné et remplacé par un bélier ; référence à l’Aïd el-Kebir chez les musulmans, Pessah chez les juifs et Pâques chez les chrétiens. Dans le même temps ces photos explicitent l’individualité de chacun, ses caractéristiques personnelles en plus de celles de sa famille ou de sa race. En opposition, elles font référence à l’instinct grégaire façon raillerie à la Rabelais ou sujet d’étude des philosophes sur l’obéissance aveugle et la perte de sens critique, et recherches des psycho-sociologues, sur l’étude des foules.

Une quatrième thématique, Voyage initiatique, traite de la question du pèlerinage, cette migration temporaire vers un endroit sacré qui implique une certaine transformation de soi. Avec Touba, 2005, Éric Guglielmi, qui fréquente l’Afrique depuis une trentaine d’années, donne la trace photographique de pèlerins se rendant chaque année dans la ville sainte de Touba, au Sénégal. Il y capte l’atmosphère de la ville où l’on voit de longues files de femmes drapées de couleurs somptueuses. Elles attendent leur tour afin d’honorer le tombeau du Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la Confrérie Mouridiyya relevant du soufisme. Le projet photographique mené par Giya Makondo-Wills en Afrique du Sud pendant deux ans, They came from the water while the world watched / Ils sont venus de l’eau, pendant que le monde regardait, 2016-2018, fait référence aux méthodes autoritaires des missionnaires chrétiens lors de la colonisation. La coexistence entre christianisme et religion ancestrale, parait sur l’image. Guidé par la communauté des chrétiens y compris dans le choix des moments retenus et la composition des images, l’artiste a réalisé un portrait de groupe qu’elle présente en une photographie grand format extraite de cette série. On y voit le rite initiatique du baptême dans une scène quasi pastorale et comme chorégraphiée où domine la couleur bleue. La douzaine de personnes présente, dont un pasteur, lui, vêtu de rouge, a pourtant posé, naturellement, sur la berge du fleuve.

Au Nigéria, quatre ans après le terrible événement où des hommes du groupe terroriste Boko Haram ont fait irruption dans l’école publique Shehu Sanda Kyarimi de Maiduguri, la photographe Rahima Gambose se lance dans une entreprise artistique de résilience : à partir des souvenirs des fillettes, d’histoires et de jeux que lui confie un groupe d’élèves dont certaines ont été enlevées, elle organise un travail d’improvisation collective pour créer un nouveau récit visuel. Son travail, Tatsuniya, 2017, est d’une grande beauté, ludique et insouciant, le temps de quelques photos. Vêtues de rose, les jeunes filles dansent, s’amusent, disent des comptines et recréent les petits rituels du quotidien.

“Tatsuniya” – 2017 © Rahima Gambo

La cinquième et dernière thématique, Dieu ou le Wifi ? met en compétition les technologies et la foi et parle d’un futur commun, sans hiérarchisation. Avec Prière au wifi, 2019, Samboï Vrainom : € ce « chamane numérique » comme il aime à se nommer, propose une courte vidéo en détournant les codes des rituels traditionnels pour les appliquer aux nouvelles technologies. Internet serait-il une nouvelle religion ? pose-t-il. Tabita Rezaire, artiste contemporaine et thérapeute, repense les technologies de l’information et de la communication et les met en relation avec le rituel de divination du peuple Yoruba. Elle réalise des œuvres numériques où elle se met fréquemment en scène et se plait à brouiller les pistes des conceptions occidentales. Elle montre ici une vidéo intitulée Premium Connect, 2017.

Barouk (détail) – 2017 © Mohammed Laouli, courtesy de l’artiste et le cube independent art room

L’exposition Croyances : faire et défaire l’invisible construit un nouveau récit où cohabitent les trois religions monothéistes, les mythes et superstitions, les paroles rituelles et forces spirituelles du continent africain. Comme le dit l’écrivain et ethnologue  malien, Amadou Hampaté Ba, défenseur de la traditiion orale notamment peule : « Les hommes peuvent atteindre un but commun sans emprunter les mêmes voies. »

Tous plus imaginatifs les uns que les autres et loin des stéréotypes, les artistes expérimentent et livrent leur vérité. La commissaire d’exposition, Jeanne Mercier, co-fondatrice et rédactrice en chef d’Afrique in visu, leur donne la parole, en dialogue avec Stéphanie Chazalon directrice générale de l’Institut des Cultures d’Islam et Bérénice Saliou directrice artistique. Toutes trois participent de cet admirable tissage sur l’interpénétration des religions où la transcendance se manifeste sous les formes les plus imprévisibles. Elles permettent ces frictions à travers l’œuvre d’artistes qui ont traduit l’invisible, chacun à sa manière, et ces réflexions sur la notion-labyrinthe de sacré, sous toutes ses formes, glissements et expressions.

Brigitte Rémer, le 30 mars 2020

Exposition réalisée à l’initiative de l’Institut des Cultures d’Islam – direction générale, Stéphanie Chazalon, direction artistique Bérénice Saliou – Commissariat Jeanne Mercier, co-fondatrice de la plateforme Afrique in Visu – Comité scientifique : Anne Bocandé, Ayda Bouanga, Marie-Cécile Zinsou.

Du 12 mars au 26 juillet 2020 – Institut des Cultures d’Islam, 56 rue Stephenson et 19 rue Léon, 75018 – métro : Marcadet Poissonniers – Site : www.ici.paris